sommaire

 

 

                          mettre un habit de fête

 

 

 

Et Jésus Se remit à leur parler en paraboles : ‘’ Il en va du Royaume des cieux comme d’un roi qui fit un festin de noce pour son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités. Mais eux ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs chargés de dire aux invités : ‘ Voici, j’ai apprêté mon banquet ; mes taureaux et mes bêtes grasses sont égorgées, tout est prêt, venez aux noces. ’  Mais eux, sans en tenir compte, s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres saisissent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent.

 

Le roi se mit en colère ; il envoya ses troupes, fit périr ces assassins et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : ‘ La noce est prête, mais les invités n’en étaient dignes. Allez donc aux places d’où partent les chemins et convoquez à la noce tous ceux que vous trouverez.’ Ces serviteurs s’en allèrent par les chemins et rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, mauvais et bons. Et la salle de noce fut remplie de convives.

 

Entré pour regarder les convives, le roi aperçut là un homme qui ne portait pas de vêtement de noce.  ‘ Mon ami, lui dit-il,  comment es-tu entré ici  sans avoir de vêtement de noce ? ’  Celui-ci resta muet.  Alors  le roi dit aux  servants: ‘ Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors : là seront les pleurs et les grincements de dents.’ Certes la multitude est appelée, mais peu sont élus. ‘’  Matthieu  22,  1-14

 

 

 

 

 

‘’ Le sens premier du texte ne vous échappe pas, mais pourquoi cet homme trouvé à la croisée des chemins n’a-t-il pas l’habit de noces ? Ils n’étaient que passants ; ils marchaient sur les chemins et les voilà à la noce. Il faut comprendre en profondeur une chose très simple : invités, ils se sont préparés, ils ont répondu à l’invitation en changeant quelque chose en eux, en se transformant ; en s’habillant différemment, ils honorent l’invitation, ils honorent le maître.

 

Celui qui vient et n’a pas l’intention de changer, il vient comme un profiteur et n’amène rien de lui-même. Le chemin qui restait à faire, il ne l’a fait qu’égal à lui-même sans vouloir tenir compte de l’événement nouveau : l’invitation qui s’offrait à lui. Et le roi qui invite les hommes sur les chemins, et non pas ses sujets, ses courtisans, n’accepte pas des hommes fermés sur eux-mêmes et les laisse aux ténèbres qu’ils habitent.

 

Il les laisse face à eux-mêmes, face à leur refus de la fête. Il y a beaucoup de parallèles avec les ouvriers de la vigne et comprenez bien en vos cœurs ce que cela signifie pour vous : être présent au Cœur de Dieu en participant à Sa fête, en revêtant  Son vêtement de Lumière. C’est là le signe de l’appartenance à la communauté des enfants de Dieu. C’est accepter le signe du changement de l’être.

 

C’est non seulement l’accepter mais le porter de façon visible, pour que soit porté aux autres hommes le témoignage de l’Amour du Père Qui cherche l’homme jusqu’à la croisée des chemins. Ne croyez pas que l’Amour de Dieu se porte dans les ténèbres, dans l’absence de témoignage, dans le secret ; il se porte aussi dans la transformation visible de soi-même et n’hésitez pas à en témoigner. Amen ‘’   ( transmis par un groupe de prière – 1991/1998 )       10  octobre  1993

 

 

 

 

‘’ Il s’agit d’un discours eschatologique, c’est-à-dire qu’il prend en compte une sorte de condensé de la vie de l’humanité et le jugement du Très-Haut, dans une sorte de raccourci qui est très fort au niveau du sens, car c’est Dieu Qui parle. Qui sont ces serviteurs ? Qui sont ces invités ? Quel est cet habit de noces ?

 

Sur le plan de la symbolique, il est important de voir que les serviteurs sont tout dévoués à leur maître et qu’ils ne trouvent pas toujours, en tout cas pas souvent, réponse positive vers ceux qu’ils invitent. Pourtant ils sont les serviteurs bien-aimés  et lorsqu’ils ont des difficultés, lorsqu’ils sont même tués, le maître rétablit la justice, il ne les oublie pas, ils comptent aux yeux du maître.

 

Pour ce qui concerne les invités, ceux-là même qui refusent, sont des gens très ordinaires qui veulent poursuivre leur vie, leur activité loin de  l’invitation du Dieu Très-Haut. Ils se sentent suffisants, ils pensent qu’ils peuvent continuer à vivre loin de la fête, loin de l’invitation. C’est le péché originel.

L’invitation du Très-Haut ne parvient pas à boucher, à colmater la fracture du péché originel ; l’homme reste libre et il perpétue le péché originel en restant loin de son Dieu. Parmi les gens qu’Il invite, ce sont ceux qui sont sur le chemin, qui viennent,  qui sont en route. Il place ses serviteurs à la croisée des chemins.

C’est le Christ venu croiser le chemin des hommes. A la croisée des chemins, il y a toujours une question : tu vois la maison du Maître, Le Maître t’invite à la fête, veux-tu venir ?  Et là deux sortes de réponse : ceux qui continuent leur chemin et ceux qui viennent. Et malgré tout, dans ceux qui viennent, tous ne sont pas élus, car tous n’ont pas revêtu le vêtement de fête. Ce sont ceux qui sont venus parce qu’ils étaient invités certes, mais qui ne se sont pas transformés. Ceux qui ont gardé au fond d’eux-mêmes l’idée qu’ils ne changeraient pas.

 

Et le vêtement de fête, c’est le vêtement de Lumière, c’est celui d’Adam et Eve avant la chute, et c’est pour cela que Dieu les reconnaît, Il reconnaît tous ceux qui sont revenus à Lui par-delà la faute, par le Christ, dans le pardon qui était donné dans la Résurrection promise, et ceux-là ont retrouvé le vêtement de fête, le vêtement de Lumière, la trace, la trace de la Création. Ils ont retrouvé le sens de la Création première.

 

Comprenez pour vous que le chemin est étroit, que les choix sont multiples et qu’en définitive le seul choix qui fait participer à la fête, c’est celui de suivre le Christ à la croisée des chemins, d’accepter de changer et de retrouver par-delà ses propres péchés, grâce au pardon, grâce à la grâce de Dieu, de trouver la dimension originelle de l’homme d’avant le péché, de retrouver par le Christ, la Résurrection dans l’Amour. Comprenez cela aujourd’hui, c’est très important aujourd’hui. Amen ‘’     ( transmis par  un groupe de prière – 1991/1998 )     13  octobre  1996

                         
   

                                                                  page précédente page suivante

                                                                                                   sommaire

 

  ©  Ce site est protégé par les lois des Etats-Unis d'Amérique et  les lois internationales sur le Copyright.                                                                                            Tous droits réservés.   les-3-epis@orange.fr

                                                http://www.sourcedeauvive.net/eauvive/phpmyvisites.js